Bien sûr, les textes et règlements sont là pour définir et paramétrer « sur le papier » la composition, les périmètres et le fonctionnement des instances de gouvernance. Pourtant, leur conformité aux bonnes pratiques ne garantit en rien leur efficacité, et c’est dans l’action que tout se joue : de la capacité des acteurs de la gouvernance à bien interagir, va dépendre l’efficacité concrète de cette dernière.

Au-delà des règles et règlements, il s’agit de clarifier les rôles et de fluidifier les relations entre les instances « politiques » et exécutives, comme entre les personnes qui les composent.

Dans la plupart des cas, les problèmes de gouvernance apparaissent dès lors que le politique et l’exécutif se mettent à « empiéter » sur leurs terrains respectifs, ou au contraire laissent des espaces « vides » entre leurs champs d’action et de responsabilité.

Si nous devions comparer à un sport d’équipe, il s ’agirait de rendre le plus efficace possible (intrinsèquement et ensemble) le staff d’un club (managers, entraîneurs, préparateurs, etc.) et l’équipe de joueurs elle-même. Chacune a son rôle (et les périmètres peuvent varier d’un club à l’autre) et doit l’exercer le mieux possible, et la qualité et la fluidité de relation entre les deux équipes et entre leurs membres respectifs sont fondamentales pour mener au succès.

Ainsi, développer l’efficacité de la gouvernance relève d’une dynamique que nombre d‘acteurs n’ont que peu l’habitude et l’expérience de gérer : constituer et développer une « équipe d’équipes ».

Dans les interventions qu’Enaxion conduit sur cette thématique, nous sommes ainsi amenés à construire des processus de travail à la fois parallèle et intimement connectés entre la ou les équipes représentant la gouvernance (le conseil d’administration et/ou telle ou telle commission…) et celles qui représentent l’exécutif (l’équipe dirigeante, bien sûr, mas aussi, selon les cas, d’autres équipes et autres constituants du « cors social » de l’organisation).

Ainsi, chaque organisation va pouvoir trouver et faire vivre son propre style de gouvernance tout en s’inscrivant dans un cadre réglementaire universel, tout comme une équipe sportive va trouver son style de jeu, souvent très « personnel », et en faire la base de son succès dans la durée.

Eric Constant

Catégories : Tribune Libre

Articles similaires

Propos de dirigeants

Un dirigeant confronté au développement international

Frédéric Dorion dirigeant d’Aladine, leader français du loisir créatif s’est trouvé confronté comme beaucoup de ses pairs à l’impératif du développement international. Il nous a paru intéressant de partager avec vous son témoignage et les Lire la suite…

Points de vue

Responsabilité et autorité ? une question prégnante dans l’organisation

Les objectifs stratégiques étant définis il reste à mettre en place les capacités organisationnelles nécessaires à leur atteinte.  La plupart des entreprises embarquées dans cet exercice de définition organisationnelle s’en sortent en général assez bien jusque Lire la suite…

Points de vue

Seul vers le sommet ? un pari risqué

« Everest » est un film sur une tentative désastreuse de conquête du plus haut sommet du monde en 1996.  Au début tout se passe bien. Les guides sont expérimentés, les membres de l’équipe des grimpeurs aguerris Lire la suite…